Les pierres

Céramiques biscuitées

Dimension variable, 2018

Réalisé chez Artelinea
 

Isolées de leur sujet d’origine, ces sculptures sont déduites de photographies provenant d’architectures

de cimetières visités dans différents pays. Ces lieux de repos, significatifs des représentations mémorielles

selon les cultures, développent des formes commémoratives plus ou moins connues.

La recherche s’est basée sur l’extraction de certains de ces éléments en vue de soutenir la notion

de disparition et d’effondrement face à la construction. Ces sculptures en céramique sont calculées

par déduction des proportions d’une image photographique qui n’en révèle qu’une partie. L’espace photographique devient le fragment archéologique d’une forme à reconstituer. 

Face à ses éléments architecturaux, la technique de la taille de pierre s’est imposée comme restitution

de l’histoire inversant ainsi le processus d’une partie vers un tout. Sculpter des pierres dans un bloc de terre

à partir d’une image, c’est s’arranger du réel et agencer l’invisible pour obtenir une forme souvent géométrique.

Le calcul des proportions existantes de l’image s’associe à une déduction arbitraire de la forme finale.

Ce tout ne s’intégrant plus dans aucun édifice s’isole à nouveau en fragment. Un temps du tassement

qui concentre les éléments vers le sol.