Untitled
Untitled
 

Installation, 2010
Photographie imprimée sur bâche, plâtre teint
300 x 180 x 500 cm

Cette pièce est en relation avec une oeuvre d’Alberto Burri, Le Cretto, située à Gibellina en Sicile. En 1968, cette ville basée sur une colline, a été l’épicentre d’un tremblement de terre et a totalement été détruite. En relation à cet événement, l’artiste Alberto Burri, est intervenu sur le site en recouvrant la ville de béton. Il a rempli tous les pâtés de maison, à hauteur d’un mètre soixante, de ciment, en laissant les rues libres. Nous pouvons donc déambuler dans cette ville constituée de blocs gris et ressentir l’impact du temps sur cette oeuvre.


La photographie présente dans ma pièce, est un détail extrait de cette oeuvre. Cette marque qui semble nous proposer la trace d’une porte avec son seuil, est-elle une empreinte ? Un fossile ? Peut-être est-elle due à la surface de la matière qui aurait subi les aléas du temps comme l’érosion. Ou, est-elle la marque de ce qu’il y a en dessous, la marque de ce qui aurait été recouvert par le béton et qui ressortirait avec le temps.

 

Associé à cette image, un éparpillement de formes en plâtre teint s’installe au sol. Ces modules font référence à l’événement ainsi qu’à la ruine. Sont-ce les pierres de la ville ou des restes de fondation ? Ces semblant d’orifices qui s’inscrivent entre l’organique et le minéral, sont disposés comme les étoiles pendant la nuit du tremblement de terre.